Amélioration des services Internet au Togo grâce au 3G+ de Moov-Togo : Le DG de Togotélécom, Romain Tagba est-il en train d’empêcher la réalisation du projet ?

0
523

 

Moov-Togo n’a-t-il pas par ailleurs annoncé d’offrir à ses abonnés, une connexion internet 3G+ ? Selon Abdeslam Ahizoune, ce projet d’un coût global de plus de 3,5 milliards de nos francs, permettra d’augmenter les capacités de la société de téléphonie mobile Moov et la fluidité du réseau grâce aux services Data 3G+/4G. La société a d ‘ a i l l e u r s a n n o n c é l’opérationnalisation de son service 3G+ à partir du 10 août 2016. Il faut rappeler qu’une cérémonie de signature de nouveaux cahiers de charges s’est même déroulée le lundi 25 janvier 2016 au palais des congrès de Lomé en présence des premiers responsables des deux sociétés de téléphonie mobile du Togo et de la ministre des postes et de l’Economie Numérique, Cina Lawson. Au cours de cette cérémonie très solennelle, les nouveaux cahiers de charges ont été signés entre le gouvernement et les deux sociétés en charge de l’exploitation du réseau mobile au Togo. Il avait été dit que le gouvernement avait décidé d’introduire « plus de concurrence sur le réseau mobile par le déploiement des services internet haut débit ». Il avait donc été accordé à Moov Togo, l’autorisation de déployer ses services 3G+ puis 4G en vue d’une amélioration substantielle de la connexion et d’une baisse sensible des coûts. On annonçait qu’après Lomé-Kara, la construction du backbone se poursuivra jusqu’à Dapaong. Mais on se rend compte aujourd’hui que ça n’a été qu’un marché de dupe, des promesses sans lendemain car près de 12 mois après cette annonce, c’est le silence radio. La société de téléphonie mobile Moov a gardé le silence sur ce qui fait traîner les choses et du côté de l’Etat, on ne fait rien pour amener cette société à s’exécuter. Comment comprendre qu’une société commerciale qui est là pour faire des affaires se comporte ainsi ? Le respect de ses engagements ne serait-il pas un grand avantage pour elle aux yeux de ses clients ? Ses affaires en dépendent et les emplois à créer ou déjà crées aussi. Le groupe avait jusqu’à fin juin 2017 pour finir ce travail. On apprend qu’il aurait même engagé le chinois HUAWEI pour la construction du backbone et toutes les entités (CEET, TDE…) concernées par le projet ont été contactées.

Le quotidien Liberté rapporte dans son numéro 2375 du lundi 13 février que tout était fin prêt et les travaux étaient censés démarrer depuis octobre 2016 mais traînent toujours au grand dam des techniciens togolais recrutés. Ce journal croit savoir les raisons de cette lenteur. « Selon les informations, écrit-il, le Groupe Maroc Télécom est bloqué dans son élan par les habituels « togolaiseries ». Certains commis de l’Etat voulant remettre en cause le cahier de charges paraphé avec tambour et cymbale. Le groupe Togotélécom qui est en train d’être restructuré voudrait empêcher le projet de construction de backbone et amener Moov à louer les nouveaux services chez lui. Le but c’est de la contraindre à ne dépendre que du groupe étatique qui est aujourd’hui une fusion de Togotélécom en faillite et de Togo Cellulaire », écrit le journal. Selon des techniciens rencontrés, ceci est une manœuvre dangereuse car, disent-ils, si cette manœuvre aboutissait, le service deviendra plus cher pour Moov ce qui réduira ses prétentions. « La qualité ne sera pas au rendez-vous et les consommateurs seront pénalisés », insistent ces ingénieurs. Où se situe la vérité dans cette affaire ? Le DG de Togotélécom Romain Tagba et actuel  Directeur de cabinet du ministre Cina Lawson est-il aux commandes pour empêcher Moov de réaliser son projet et permettre une meilleure qualité de la connexion internet au Togo et à des coûts concurrentiels ? En tout cas c’est ce que soutiennent des sources concordantes. Nous reviendrons plus en détail sur cette affaire dans nos prochaines parutions.

 

Théophile K

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here